Pourquoi le revenu de base, c’est de la merde (néolibérale)…

Chais pas. Dans la vie, je suppose qu’il faut des gens qui expliquent que le père Noël n’existe pas, que l’amour est une construction sociale, et que nous sommes dans un monde glacé et hostile dirigé par des fous hurlants et que de toutes façons nous sommes promis au néant et à l’oubli. Et en attendant on écoute Taylor Swift pour tenter désespérément d’oublier cette tragédie, ou quelque chose comme ça. Ça c’est un peu mon rôle en fait. Le mec pas festif. Et tiens là j’en voit qui s’excitent sur la Finlande qui projette de verser 800 boules par mois comme ça gratos sans travailler et tout, et que ça y est on comprend enfin que le salariat n’est pas la solution et que c’est l’utopie et blablabla et ben sauf que non : le revenu de base, c’est de la grosse merde néolibérale et CSP va t’expliquer pourquoi.
Ce n’est pourtant pas la première qu’on veut nous faire prendre des vessies libérales pour des lanternes libertaires, le premier exemple me venant à l’esprit étant celui entre tellement d’autres des personnes se prétendant « libres » (ah ah ah) de se prostituer. C’est joli, libre, liberté, toussa. C’est émancipateur, on est pas aliéné dans un rapport de force ici d’une extrême violence, on est libre de choisir ce qu’on veut, y compris sucer des gros dégueulasses pour 40€. La fête, quoi. Rien à voir du tout avec le fait objectif et constaté que toutes les personnes réclamant cette soi-disant liberté ont toutes un passif de violences et d’agressions sexuelles mais les déterminismes et les contingences c’est petit bourgeois, pas vrai ? Génie du capitalisme de pouvoir trouver des moyens de conforter son idéologie jusque dans les drames intimes et y compris parmi les victimes de ces drames. (Par ailleurs et pour enfoncer encore plus le clou, cette histoire de « liberté de se prostituer » est pour moi un no go intellectuel immédiat. Un peu comme quand quelqu’un vous parle des chemtrails : peu importe que ce que la personne a dit avant d’intelligent et de pertinent, le simple fait de croire à pareille fadaise jette une ombre permanente sur tout le discours qui suivra. Ben oui).
Mais revenons à ce revenu de base que nos amis mangeurs de rennes (ouais ta gueule, je sais qu’ils ne mangent pas de rennes, c’est manière de faire de l’humour, un peu comme quand on dit que les chinois mangent des chiens et euh non laisse tomber exemple de merde, on oublie), bref, qui donc, vont filer 800€, à tout le monde, n’importe qui, gratos, sans avoir besoin de travailler. Là comme ça on se dit : plutôt cool, c’est plus élevé que le RSA français, ça permettra par exemple à des étudiants de s’en sortir sans faire des jobs à côté qui mettront leurs études en balances, et à des retraités de ne pas se nourrir de pâtée pour chiens. On pense tout de suite à un progrès, spontanément. Sauf qu’il y a juste un bout de phrase, juste quelques mots, dans l’article linké plus haut qui fait tiquer le progressiste sourcilleux.
« En contrepartie, toutes les prestations sociales seront supprimées. »
Ah.
Fichtre.
Oups.
Donc attendez : 800€ immédiatement et inconditionnellement, ok, très bien, mais et avec un gros MAIS : tout le reste passe à la trappe. C’est quoi d’ailleurs, le reste ? Consultons les documents officiels sur ce qu’est la politique sociale en Finlande, où l’on voit qu’elle n’est pas très différente de la France, il y a des aides au logement, des aides à la formation, etc. Dont quand « toutes les prestations sociales seront supprimées », ça veut dire que celles là aussi…
Concrètement ? Tu as 800€ par mois, très bien, mais plus d’APL.
Ah oui tout de suite ça calme hein ?
En fait c’est même très très simple : tu as 800€ par mois et plus du tout rien d’autre. Ce qui signifie que toutes les autres prestations qui peuvent aider à sortir la tête de l’eau, chez nous la CAF entre autres, passent à la trappe. Et d’un coup c’est vachement moins l’utopie, c’est vachement moins progressiste et pour cause : le revenu de base c’est les libéraux qui en parlent le mieux :
« Pour certains de ses promoteurs, cela permettrait aussi de considérablement flexibiliser le fonctionnement de l’économie; il deviendrait par exemple possible de libéraliser le fonctionnement du marché du travail, de réduire le montant du salaire minimum, supprimer de nombreuses régulations dommageables à l’emploi, de supprimer la distinction activité et retraite« 
J’aime beaucoup le « supprimer de nombreuses régulations dommageables à l’emploi », qui est une manière tellement élégante de dire « on va te virer quand on veut, vil salarié », et aussi la promesse enchanteresse d’exercer une pression à la baisse sur le salaire minimum en forme de « eh ho si t’es pas content tu vas au revenu de base hein ». Quant à « supprimer la distinction activité et retraite » oui ça veut bien dire ce que ça veut dire : tu travailles jusqu’à ce que mort s’ensuive.
L’idée de ce revenu de base n’a rien de progressiste ou d’utopiste. Ou plutôt si : c’est une utopie néolibérale qui prend un détour pour casser la solidarité des prestations sociales (le RDB sera financé par un impôt sur le capital : si le capital décide d’arrêter de payer l’impôt, ce qu’il peut faire du jour au lendemain sans prévenir ni justifier, fini le RDB), qui dit in fine : on te donne tant par mois en échange de rien, mais tu n’as plus rien d’autre et tu te démerde, individu rationnel et responsable que tu es. Et bonne chance, on espère que tu ne vas pas tomber gravement malade parce que sinon ah ah ah tu vas bien être dans la merde.
Oui c’est clairement une arnaque.
Une arnaque profitable qui plus est : un calcul à la louche basé sur le document de la politique sociale finlandaise permet de voir que les dépenses sociales passeraient de 37% du PIB à 17% : vous voyez l’entourloupe, maintenant ? Ce n’est pas pour faire de la politique sociale, et pour faire des économies drastiques. En emballant ça sous un emballage rose bonbon avec un joli noeud autour.
Sauf que le noeud au final, ben c’est toi, avec tes 800€ sans aides au logements, sans sécu, sans droits à rien.
Tavu, ils sont forts ces libéraux.
Alors je comprends bien qu’on a besoin de bonnes nouvelles en ce moment et que la lecture de cet humble billet risque de causer du chagrin, ben oui. Mais tout de même. C’est aussi à vous de vous méfier de ce qu’on vous raconte aussi. Parce que de toutes façons, il faut toujours garder à l’esprit un axiome de base :
Rien de ce que décident les capitalistes n’est bon pour toi. Même si de prime abord ça a l’air sympa.
Surtout, si ça a l’air sympa.
(Et merci à Gouen pour les précisions techniques)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s